Sphère émotionnelle

BDSM : Vers une domination saine et responsable

BDSM : Vers une domination saine et responsable

BDSM : Vers une domination saine et responsable

Une domination saine et responsable en BDSM est surtout affaire de stabilité émotionnelle, de respect et de bienveillance.

Une fois passés en revue principes techniques et moraux, définition(s), devoirs et limites des dominants, on pense avoir plus ou moins fait le tour de la question. De fait, celle d'une "domination saine et responsable" prend des airs de redondance. Pourtant, vaste est le champ des réflexions qui s'ouvre aux esprits curieux, dès lors que l'on raisonne en matière de cas d'espèce, à plus forte raison avec en filigrane l'acouphène du fameux leitmotiv "À chacun son bdsm".

Qu'est-ce qu'une domination saine ? Si l'on se réfère à la nécessité d'un équilibre psycho-affectif stable du dominant, des us et coutumes propres au milieu BDSM et de l'évidente nécessité d'un consentement mutuel, on pourrait croire que tout est dit. C'est pourtant bien là que le bât blesse, parce qu'il y a, comme en toutes choses, la règle, l'exception qui la confirme et les cas d'espèces. Et cette complication nous parle justement d'un concept supposé prémunir les protagonistes contre d'éventuels dommages (directs ou collatéraux) liés à ces pratiques à risque : le consentement mutuel dit éclairé. Principe rassurant s'il en est, s'il ne s'agissait sans doute d'un abus de langage susceptible de justifier, ou tout au moins d'atténuer la responsabilité du dominant dans le cas d'éventuels dérapages. Du point de vue étymologique, on parle de consentement éclairé dans le domaine de la médecine, celui du patient, en réponse à l'obligation faite au médecin de lui présenter clairement tous les risques d'une conduite thérapeutique donnée. En d'autres termes, transposée à la relation D/s, cette obligation incombe en premier lieu au dominant (supposé connaître son affaire), puis à la soumise (censée savoir ce qu'elle fait). Nous voici donc en présence des limites d'un concept détourné de son utilisation originelle et sa pertinence n'est sans doute pas celle qu'on voudrait lui trouver ; une novice peut-elle évaluer de façon objective le degré d'expérience et de maîtrise d'un dominant ? De même, un dominant peut-il se prévaloir d'une expertise suffisante pour prétendre obtenir le consentement éclairé de la personne qu'il soumet ? 

C'est ici qu'intervient la dimension responsable de la domination, a minima, un dominant doit être humble et lucide quant à ses connaissances et compétences réelles. Avoir l'étoffe d'un Maître c'est un peu comme avoir l'étoffe d'un héros, c'est un bon début mais l'histoire reste à écrire.

Nul besoin pour le dominant d'avoir une grande expertise en la matière - d'ailleurs les plus expérimentés ne prétendent en principe jamais détenir cette "maîtrise" dont ils savent qu'elle n'est pas gravée dans le marbre - mais déjà de s'assurer de la bonne acquisition des bases élémentaires, celles relatives aux pratiques qu'il a l'intention de proposer. En revanche, indispensables sont la lucidité, l'humilité et l'honnêteté dont il doit faire preuve vis-à-vis de la personne qu'il entend soumettre, qu'elle soit novice ou en soit à un stade plus avancé de sa soumission. Une domination responsable répond donc davantage à une obligation de moyens qu'à une obligation de résultats.

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X