Sphère émotionnelle

L'érotisme du couple face à l'érosion du désir

L'érotisme du couple face à l'érosion du désir

L'érotisme du couple à l'épreuve du temps.

Après une ou deux décennies de vie commune, il est fréquent que l’usure l’emporte sur l’enthousiasme. À cela rien d’extraordinaire. Nombre de couples peuvent en témoigner, la désertification du champ érotique arrive insidieusement. Routine, manque de communication, absence d’attentions câlines, relations sexuelles bâclées, défaut d’inventivité, de surprises, tracas de la vie quotidienne, maladies, enlaidissement des corps, sont autant de facteurs contribuant à l’assèchement de l’appétence sexuelle. Nous pourrions lister les causes qui mènent au tarissement du désir et tenter d’apporter une réponse à chacune d’entre elles, mais ce serait passer à côté de la question essentielle : celle de notre éducation sentimentale, sexuelle et érotique. D’ailleurs en avons-nous reçu une ? 

L’éducation faisant malheureusement l’impasse sur la sexualité et l’érotisme, nous sommes finalement livrés à nous-mêmes et très peu armés pour cultiver le désir. La fougue de la jeunesse nous laisse croire pendant quelques temps que l’appétit sexuel est intarissable, que le désir surgira toujours spontanément. Les années passant, sans qu’on le conscientise vraiment, les rapports s’espacent, perdent en intensité émotionnelle, s’établissent sur un modèle récurrent de moins en moins excitant. Les longs câlins qui accompagnaient les « afters » laissent la place à un ou deux baisers furtifs, faire l’amour prend peu à peu des allures de corvée ou ne répond plus qu’à la satisfaction d’un besoin physiologique, l’ennui guette les anciens amants débordant de libido. Si nombre de couples se retrouvent dans cette situation, ce n’est pas seulement le fait des aléas de la vie, mais aussi celui d’un manque de compétences sexo-relationnelles résultant de ce défaut notoire d’éducation à la sexualité du plaisir.

Efforts et travail sont essentiels à la durabilité d'une relation.

Dans l’idéal, tous les couples dont l’intention est d’inscrire la relation dans le long terme, devraient avoir en tête que maintenir une bonne qualité d’expérience érotique demandera efforts et travail, notions rarement au cœur des conseils sexos. Dans le cadre des relations intimes, parler d'effort et de travail peut sembler antinomique, tant le sentiment de plaisir est central dans la conception des rapports sexuels. Pourtant, pour éviter de se retrouver dans un contexte relationnel qui oblitère tous rapprochements sensuels et de recourir, en désespoir de cause, à un sexologue, il n’y pas de secret : il faut s'employer à entretenir la vigueur du désir. Notons au passage que les sexologues ne sont pas que des réparateurs de pots cassés et qu’ils sont en mesure d’accompagner les jeunes couples dans l’épanouissement et la pérennité de leur vie érotique. 

Communément admise, l’idée que l’intensité de la vie intime serait exclusivement dépendante de facteurs sexuels, porte à croire qu’en changeant de pratiques, en s’essayant au libertinage ou à l'échangisme, par exemple, il serait possible d’enrayer une certaine sclérose érotique. Cette conception des problématiques de perte de désir oublie qu’en matière de sexualité du plaisir, la relation de cause à effet est rarement aussi directe et que fréquemment, l'origine des problèmes se cache dans l’ordinaire de la relation. L’attention quotidienne que l’on porte à l’autre, les petits gestes d’amour, l’envie de partager des émotions autres que physiques, les efforts que l’on est capable de faire pour sortir de sa zone de confort, ne serait-ce que pour se mettre à l’écoute, la communication, la compassion, la bienveillance, forment un ensemble d’éléments dont on sous-estime en général l’implication dans la durabilité du désir. C’est bien souvent la négligence qui s’instaure dans la gestion sensible du quotidien qui impacte l’envie de faire l’amour ou amoindrit l’intérêt pour la chose. Donc avant de se poser la question des pratiques sexuelles, de savoir si l’on ne devrait pas y incorporer quelque piment, il est essentiel de s’interroger sur la qualité des relations « de tous les jours ». Ce n’est qu’une fois la certitude acquise que celles-ci sont en tous points satisfaisantes que l’on peut envisager la nature purement érotique de la perte de désir. 

Le couple est une entité à part entière, vivante, évolutive.

L’érotisme de couple repose sur une dynamique qui a besoin d’évoluer au fil du temps car l’immobilisme en la matière est hautement contre-productif. Se réinventer sans cesse, progresser dans les attitudes, la gestuelle, la poétique, l’art de vivre les émotions sexuelles, sont autant de principes dont on aura rarement intégré l’importance avant de commencer l’aventure de couple. Et pour cause, en l’absence d’éducation sexuelle et érotique comment l’anticiper et s’y préparer ? Abandonnés à leur sort, les amants n’auront d’autres alternatives que de faire au mieux. Insensiblement, faute d’avoir les compétences pour nourrir leur érotisme, ils vont espacer les rapports, accusant une perte de désir sans en saisir les causes. Instruits des fondements de la relation érotique, ils auraient certainement porté une attention particulière à la communication, fait des efforts pour améliorer leur compréhension des attentes et désidératas de l’autre et trouver les ajustements ad hoc. Ils auraient aussi pu percevoir que l’érotisme donne un sens et une portée esthétique à la sexualité du plaisir, qu’il est une théâtralisation dans laquelle chacun doit accepter de laisser s’épanouir son moi transgressif et qu’il peut perdurer bien au-delà de l’enlaidissement inéluctable des corps. 

Pour un couple qui souffre d'une absence de vie sexuelle, il n’y a pas de solutions miracles. En premier lieu, il faut admettre que passé un certain temps (10 à 12 mois) de continence totale, retrouver le chemin du désir relève presque de l’utopie. Rien n'est cependant perdu, mais pour réenclencher la mécanique du désir, l’appui d’un sexologue peut s'avérer utile car il aura l’expertise nécessaire à la compréhension des blocages, de l’engourdissement du désir, des mésententes, et des solutions à proposer. 

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X