Sphère émotionnelle

Le réalisme romantique

Le réalisme romantique

Le réalisme romantique

Alors que 44% des mariages se terminent par un divorce, ne serait-il pas temps de comprendre que vivre en couple nécessite quelques efforts ?

Nous pensons l’amour comme une source inépuisable de joies et de satisfactions, mais dans les faits, c’est plus souvent le contraire qui advient. Peu de souffrances sont aussi puissantes que celles liées à la relation amoureuse. On estime à 44% le taux de divorces en France et il est à peu près identique dans tous les pays d’Europe. 30% des gens vivant en couple se déclarent pas ou peu heureux mais avouent ne pas avoir le courage de se séparer. Le divorce, la séparation, restent des constats d’échec et nous devons tenter de comprendre le pourquoi de ces faillites. Si la démarche ne résoudra pas tous les problèmes, elle aura le mérite de nous aider à accepter l’idée que la vie de couple n’est pas chose aisée et que cela est normal.

En dépit de toutes les statistiques, nous sommes d’éternels optimistes et il semble que rien ne puisse ébranler notre foi en l’amour. Nous assistons à une foule de divorces sans vraiment nous sentir concernés. Nous continuons de croire que l’amour est synonyme de passion mais si l’amour des premiers jours est facile et spontané, sur le long terme, il demande apprentissage et efforts. Il devient alors réalisme romantique.

Dans le domaine des relations amoureuses, la plus grave erreur que nous commettons est de croire que nous sommes incapables de progresser, d’être meilleurs, alors que nous pouvons amender nos comportements émotionnels et parfaire notre façon d’aimer. Pour cela, nous devons devenir des romantiques réalistes, ou encore comprendre ce que nous sommes en droit d’attendre d’une relation de couple. Être prêt pour une relation amoureuse pérenne, c’est : admettre que la perfection est une notion qui n’a pas de sens au quotidien. 

Il nous faut dès le départ accepter que la personne que nous aimons et que nous souhaitons aimer aussi longtemps que possible est tout sauf parfaite et infaillible. Elle aura forcément des défauts qui parfois nous irriteront, pourra être à certains égards irrationnelle et souvent incapable de nous comprendre.                                              

Apprendre à regarder l’amour différemment.

Quand les difficultés surviennent au sein de notre couple, l’idée que nous sommes attachés à un être spécialement "crétin" nous traverse facilement l'esprit. Faire porter la responsabilité de nos problèmes à notre partenaire nous évite de voir la réalité, à savoir que nous sommes embarqués dans un voyage, celui de l’amour, qui ne ressemble en rien à une croisière de plaisance. Beaucoup sont tentés de quitter précipitamment le bateau pour embarquer sur un autre qui paraît de prime abord, tellement plus beau. Cependant, le problème ne vient pas du bateau mais de la mer que nous traversons. Elle n’est pas toujours bleue et calme ! Il est plus rassurant de blâmer le bateau que la mer qui le porte, autrement nous n’aurions plus envie de voyager. Il est plus rassurant de blâmer le partenaire que l’amour, sinon nous pourrions perdre le désir d’aimer. 

Réaliser que sous prétexte d’amour nous demandons beaucoup à notre partenaire.

L’idéal romantique pose le postulat qu’il n’existe aucune autre personne meilleure que nous pour notre conjoint. Parce que nous l’aimons, nous nous persuadons que nous lui donnerons le meilleur de nous-même. Mais la réalité est tout autre, car à bien y réfléchir, la bienveillance qui anime nos relations amicales est rarement de mise dans nos relations de couple. L’amour tend à nous rendre monstrueux en matière de demande et d’attente. Il y a tellement de choses en jeu ! Nous attendons de notre partenaire qu’il soit notre amoureux, notre meilleur ami, notre confident, notre conseiller financier, notre co-éducateur et bien sûr, notre complice érotique. Avec lui nous voulons construire notre maison, élever nos enfants, assurer la subsistance du foyer, prendre soin de nos vieux parents, gérer notre vie professionnelle, partir en vacances et explorer notre sexualité. La fiche de poste est si démentielle qu’aucun employeur au monde n’oserait l’imposer à ses salariés. 

Aimer plus qu’être aimé.

Apprendre à aimer n’est pas simple. Dans la vie, nous commençons par être aimés. Enfants, nous recevons l’amour inconditionnel de nos parents qui nous sont entièrement dévoués. Ils nous nourrissent, nous soignent, nous amusent tout en restant chaleureux, aimants et joyeux. Être aimé nous paraît absolument naturel, normal. Nous avons appris à être aimés, nous en avons parfaitement intégré l’idée, mais personne ne nous a enseigné l’art d’aimer et c’est là où le bât blesse. Nous ne sommes pas armés pour bien aimer et de nos premières expériences amoureuses nous gardons souvent le goût amer de l’incomplétude. Si nous ne prenons pas conscience qu’aimer demande travail, effort, patience, persévérance, endurance, alors notre vie entière sera une suite d’échecs relationnels. Oublions le désir d’être aimés et apprenons à aimer.

Vivre en couple c’est comme gérer une entreprise.

La personne romantique pense naturellement les relations en termes d’émotions. Mais la vie de couple a plus à voir avec la gestion d’entreprise qu’avec des vacances aux Seychelles. Il faut planifier, organiser, prévoir, anticiper, gérer des situations de crise et surmonter toute sorte de difficultés. Faire toutes ces choses n’a vraiment rien de glamour, mais c’est pourtant déterminant pour la réussite de la vie de couple.

Accepter les différences, c'est cela le réalisme romantique.

Nous attendons de l’être aimé qu’il soit celui qui partage notre conception de la vie, en clair qu’il soit parfaitement compatible. Cela peut se produire sur le court terme mais sur une longue période, des différences ne vont pas manquer d’émerger. Le partenaire idéal n’est pas forcément celui qui partage naturellement nos goûts mais celui qui s’y adapte intelligemment. La capacité à tolérer la divergence est une qualité essentielle pour assurer une vie de couple épanouie.

Lorsque les relations tournent au vinaigre, nous pensons souvent qu'il est trop dur d'aimer. Sans doute nous sommes-nous laissés polluer par quelques détails de la vie quotidienne, sans doute n’avons-nous pas vécu de bons moments depuis des lustres. Les difficultés que nous rencontrons ne sont pas seulement sources de souffrance, elles contrarient notre conception de l’amour et nous amènent à croire que c’est la relation que nous vivons qui est une erreur. Ce sentiment d’iniquité est un héritage direct de notre approche romantique de la relation amoureuse. Nous nous sommes laissés bercer par une idéologie qui veut que l’amour soit inné, naturel, qu’il ne se "travaille" pas, car c’est un sentiment, pas une compétence. L’erreur majeure est de croire qu’en nous abandonnant à nos sentiments, notre relation va prospérer. Dans les faits, c’est bien le contraire qui risque se produire. Nous devons travailler notre amour, comme nous pourrions travailler un instrument, pour devenir meilleurs. Le talent amoureux ne suffit pas, car dans tous les domaines le talent sans travail n’est qu’une sale manie. Alors courage, abnégation et travail, la réussite de notre projet de couple en dépend.

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X