Sphère émotionnelle

Les libertins modernes

Les libertins modernes

Les salons mondains du XVIIIe ont laissé place aux sites de rencontres virtuelles et leurs pendants réels, les clubs et saunas libertins. Mais que reste-t-il aujourd'hui de la culture libertine des siècles passés ? Que reste-t-il encore à renverser des dogmes religieux désormais relégués à la seule sphère privée, d'une Église dépouillée de tout pouvoir et sans grande influence sur la morale d'une société portée par les valeurs humanistes des Lumières ?

Les libertins modernes

Jadis réservé à une élite de nobles et de bourgeois, le libertinage en 2018 s'étend à toutes les couches de la société.

Comment le libertinage pourrait-il encore au XXIe siècle faire office d'étendard de la libre-pensée, d'une liberté sexuelle déjà acquise et même protégée par la loi ? A vrai dire peu de choses. Selon Georges Bataille "l'interdit est là pour être violé", et sans l'interdit, le libertinage n'existerait pas.

De nos jours, il se limite donc très largement à une forme d'inconstance amoureuse, un esprit de consommation sexuelle, même s'il existe un courant plus sélect revendiquant un certain idéal présenté comme un art de vivre, mais qui d'après nos recherches, est loin de représenter la majorité. Nous observons d'ailleurs le plus souvent que ces libertins raffinés sont issus de classes sociales dites csp+ ou de milieux artistiques et intellectuels. Nous leur trouvons également pour certains d'entre eux, quelques points communs avec les libertins du XVIIIe, dont ils partagent l'esprit élitiste ainsi qu'un certain goût pour les pratiques SM et BDSM. Par exemple, les soirées à thème dans des haut-lieux du libertinage français s'organisent à partir d'une sélection de belles plantes aux allures bourgeoises et à l'esthétique irréprochable évoluant aux côtés de gentlemen en costume cravate. Sur les sites de rencontres libertines, ils se distinguent à la fois par leur présentation, le bon goût et l'élégance de leur photo de profil, et bien-sûr leur courtoisie. Il serait toutefois injuste de réduire au petit nombre des privilégiés des csp+, celui des personnes capables de rapports courtois, d'intelligence et de finesse d'esprit, comme il est tout aussi vrai que parmi les "élites" libertines du net, se distinguent aussi quelques sombres crétins. Toutefois, dans l'ensemble, il semble qu'éducation, respect et raffinement soit davantage l'apanage de personnes dotées d'un certain niveau intellectuel ou tout au moins, d'intelligence relationnelle.

Mais comme sur la plupart des sites de rencontres (libertines ou non), foisonnent les fiches de grossiers personnages multipliant les profils et dont le verbe laisse peu de place au doute quant à la nature de leur recherche ou l'étendue de leur culture. Les "slt sava ?" ... "une bonne grosse bite sa te tante ?" ...  "Bjr album ouvert Bel h tbm endurant sympa bon lécheur" ou "Coucouplan hard ce soir?" et autres joyeusetés de la diversité fangeuse masculine qui saturent les messageries privées de ces dames sont légion. Alors les quelques hommes courtois et respectueux qui sortent du panier s'avouent parfois agréablement surpris voire même reconnaissants d'avoir obtenu une réponse (quelle qu'elle soit) à leurs sollicitations : "Merci pour votre réponse, la simple politesse se fait rare sur ce site"… "Cela fait plaisir, un peu de courtoisie, votre élégance dénote de la plupart de vos congénères féminines davantage intéressées par l'ouverture de mon album privé que concernée par la politesse la plus élémentaire ! " Et il est vrai que la politesse la plus élémentaire est aisément découragée face aux assauts libidineux de la plupart des morts de faim qui ratissent les profils, souvent minoritaires, de femmes célibataires. Quant à leurs pendants féminins - une fois éliminés les faux profils de plantureuses créatures vous invitant à leur offrir un aller simple en avion depuis Budapest ou Ouagadougou - il relève plutôt de la publicité mensongère. Photos de profil de trentenaires de 50 ans,  mensurations obsolètes, professions ou situations sentimentales factices, tendances à la dépendance affective et/ou sexuelle, comportements pathologiques sont les travers les plus couramment rapportés par les hommes inscrits que nous avons interrogés sur leurs contacts féminins. Certains d'entre eux révèleront par ailleurs qu'ils ont fait le choix d'exposer leurs attributs au meilleur de leur forme après avoir remarqué que la plupart de leurs interlocutrices leur demandaient leurs mensurations intimes dès les premiers mots de présentation. 

Auto justification ou réalité, il nous sera difficile de nous prononcer tant il est vrai que suivant la loi de l'offre et de la demande, il paraît naturel que les affinités respectives, quelles qu'elles soient, finissent par se rejoindre. Et ces affinités se construisent à partir d'une grande diversité de déclinaisons des pratiques libertines d'une part, et d'autre part, des critères de sélection, plus ou moins exigeants.

Du ou des libertinages ?

La plupart des articles traitant du libertinage ont ceci de commun qu'ils emploient le singulier pour définir une grande quantité de sensibilités et de comportements libertins. Nous aurions donc tendance à évoquer non pas le, mais les libertinages, tant les façons de vivre cette forme de sexualité sont nombreuses. Echangisme, mélangisme, triolisme, orgies, gang bangs, voyeurisme, exhibitionnisme, domination/soumission, côte-à-côtisme, candaulisme, sexe hard, sans oublier les modes d'échanges virtuels par webcam, échanges de photos ou de vidéos sont parmi les pratiques d'un libertinage qui n'est défini par aucune d'elles en particulier. De la même façon, la personne libertine est un homme, une femme, elle est hétérosexuelle, homosexuelle, bisexuelle, transsexuelle ou travestie. Il y a les couples libertins, souvent échangistes, dont l'homme et/ou la femme sont bisexuels, les couples homosexuels ou parfois même polyamoureux. Nous avons en effet rencontré une formation de trois personnes polyamoureuses (deux hommes et une femme) fréquentant parfois les clubs libertins, en recherche d'une aventure sexuelle extérieure à leur relation. Il y a également les adultères se réclamant du libertinage, mais qui, pour diverses raisons, ne souhaitent pas assumer leurs relations extra conjugales, alors clandestines. Il existe aussi une forme de vision genrée du libertinage où les hommes se disent volontiers libertins, lorsque les femmes préfèrent se définir comme "épicuriennes" ou "aventurières". Les hommes y voient l'occasion d'assouvir leurs pulsions libidineuses, les femmes une émancipation de la domination masculine par l'absence de liens et de sujétion sexuelle.

Un certain nombre appréhendent leur libertinage comme l'expression d'une philosophie de vie basée sur l'épanouissement sexuel, le respect de soi et d'autrui, l'honnêteté et le plaisir de goûter sans entrave la richesse des rencontres humaines. La plupart de leurs relations supposent un lien affectif d'amitié sensuelle ou parfois d'amour sans qu'elles s'inscrivent pour autant dans le cadre polyamoureux. Les polyamoureux en effet, sont rarement libertins ou tout au moins, ce n'est pas ce qui les caractérise.

D'autres tendent à vivre une sexualité débridée, parfois brutale (gang-bang, sadomasochisme..), sans rapports affectifs autres que l'affinité minimum nécessaire à l'acte sexuel. Certains recherchent une relation régulière et durable non exclusive, d'autres de courts épisodes ou "one shot" improvisés en mode 5 à 7, d'autres encore sont plus ou moins consciemment en quête de l'amour de leur vie et le cas échéant, abandonnent le libertinage pour s'investir dans une relation amoureuse exclusive. Et il semble que ces derniers soient plus nombreux qu'il n'y paraît, alors que parallèlement, nombre de libertins sont également présents sur des sites de rencontres de type Meetic, Attractive Word et consorts où l'on s'inscrit massivement pour trouver l'âme sœur. Un constat qui nous conforte dans l'idée que, quelle que soit l'époque, le canal de communication, le mode d'expression de l'érotisme et de la sexualité qu'il choisit, l'humain ne recherche avant tout qu'une chose ; au-delà du principe de plaisir et de liberté, il a surtout besoin d'amour ! 


Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X