Sphère émotionnelle

Une étude sur les fétichismes

Une étude sur les fétichismes

Une étude sur les fétichismes

La plus grande partie des fétichismes concerne des parties du corps.

Les pieds et les orteils figurent en tête de liste. Ensuite, on trouve le sang, l’urine et les autres fluides corporels, l’apparence physique (maigreur, obésité, gigantisme, nanisme), les ongles, le nez, les oreilles, le cou et en queue de peloton, les odeurs corporelles. Un autre type de fétichisme prend sa source d’excitation dans les objets associés au corps. Les bas, les jupes, les chaussures et les sous-vêtements sont les plus populaires quand les couches, les appareils auditifs, les cathéters et les pacemakers sont les plus surprenants. 

Le fétichisme entre dans le champ des paraphilies.

La paraphilie, ou "l’expérience d’une intense excitation sexuelle provoquée par des objets, des situations ou des individus atypiques", fascine certains psychiatres. Dans un temps pas si lointain, les paraphilies étaient nommées "perversions sexuelles" ou "déviances sexuelles". Le mot paraphilie, inventé par F.S. Krauss en 1903, n’est entré dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) qu’en 1980.

En matière de fétichisme, le Docteur Martin P. Kafka, psychiatre à l’hôpital de Belmont, Massachusetts, fait figure de référence. Dans le sillage des enquêtes réalisées par Claudia Scorolli, il a fait paraître deux études ayant pour dessein de fournir à ses paires des éléments de réflexion propres à réactualiser la compréhension du fétichisme. Même s'il est difficile de connaître les causes exactes des comportements sexuels atypiques, le Docteur Kafka voit dans les facteurs historiques, physiologiques et environnementaux des pistes pouvant mener à une meilleure appréhension des paraphilies. Il est certain que l'on doit dépasser la vision portée par le DSM et certaines approches qui tendent à définir le fétichisme en fonction de son rapport à la norme. Le docteur Kafka s’intéresse tout spécialement à certaines paraphilies "not otherwise specified" telles que la scatologie téléphonique (appels téléphoniques obscènes), la nécrophilie, la zoophilie, l’urophilie, la coprophilie et le partialisme. Les écrits du Docteur Kafka ont été publiés une première fois en 2010 dans les Archives of Sexual Behavior sous les titres The DSM diagnostic Criteria for Fetichism et The DSM Diagnostic Criteria for Paraphilia Not Otherwise Specified (Critères diagnostiques du fétichisme et critères diagnostiques des paraphilies non spécifiées par ailleurs). 

Dans un monde de quelques sept milliards d’individus, dont un grand nombre entrent tout juste dans leur vie érotique, difficile de croire que la liste des fétichismes ne s’enrichisse pas de quelques nouvelles formes. Les scientifiques vont devoir cravacher dur pour se mettre à jour comme l’ont fait Mark Griffiths et Richard Greenhill en étudiant la dacryphilie, une forme de paraphilie qui concerne les individus sexuellement excités par les larmes et les pleurs. 

Quoi que l’on pense de ces formes particulières d’expression érotique, elles amènent une nouvelle preuve de la stupéfiante et extraordinaire diversité de l’humanité.

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X