Sphère fonctionnelle

Préservatif féminin

Préservatif féminin

Le préservatif féminin serait plus pratique, plus sûr et plus confortable que le préservatif masculin.

Nous devons bien admettre qu'en matière de contraception féminine, la part belle est généralement faite aux contraceptions hormonales (pilule, stérilet), en dépit de leurs nombreux désagréments. Quant à l'usage du préservatif, qui reste le moyen de lutte contre les IST le plus efficace, il semble en quelque sorte dévolu aux hommes. Pourtant, bien que peu utilisé et promu, le préservatif féminin présente de nombreux avantages.

Utilisés correctement, les préservatifs féminins sont efficaces à 95% bien qu'une mauvaise utilisation (mise en place approximative, déplacement de l'anneau extérieur pendant les rapports...) puisse entraîner une chute de leur taux d'efficience de près de 21%. Toutefois, le préservatif féminin demeure l'un des moyens de protection les plus sûrs contre les IST et les grossesses non désirées. Souvent préféré par les hommes pour son confort, sa praticité ainsi que sa fiabilité, il est également apprécié des femmes qui, selon certaines sources, y verraient par ailleurs une prise en charge de leur protection et de leur sexualité.

Pour la petite histoire

Les vestiges de l'existence des préservatifs féminins, nous renvoient à la mythologie grecque. En effet, Pasiphaé, fille d'Hélios et de Persée, est l'épouse de Minos, roi cavaleur s'il en est. Excédée par ses nombreux adultères, Pasiphaé lui jette un sort afin que son sperme contienne des germes de serpents venimeux et de scorpions, condamnant à une mort certaine ses maîtresses. Procris, réfugiée à la cour de Minos afin d'échapper à son époux, a alors l'idée de confectionner à l'aide d'une vessie de chèvre, une gaine protectrice à introduire dans le vagin des jeunes femmes pour les prémunir contre les effets du sort de Pasiphaé. C'est ainsi que premier préservatif féminin vit le jour. Mais d'un point de vue plus pragmatique, il faudra attendre la fin du XIXème siècle pour retrouver trace d'un véritable préservatif féminin. C'est en 1908 qu'il aurait été inventé, appelé "Le Pratique" il fut commercialisé par la société Excelsior. Mais, aucun brevet relatif à ce dispositif n'ayant été déposé avant la fin du XXème siècle, on ignore quel fut l’inventeur du tout premier modèle.  

Description

Le préservatif féminin appelé fémidom, ou féminidom, est un préservatif interne qui fut développé en 1985 par le médecin et inventeur danois, Lasse Hessel. En France, ce n'est qu'en mai 1999 qu'il sera distribué par le laboratoire Terpan.

Différent du préservatif masculin, il se présente sous la forme d'une gaine en nitrile ou en polyuréthane d'environ 170 mm de long sur 78 mm de diamètre. Muni d'un anneau souple à chaque extrémité, ce préservatif se positionne à l'intérieur du vagin ou de l'anus avant un rapport sexuel. 

Modus operandi

Afin de garantir une protection optimale du préservatif féminin, il est important de suivre à la lettre les indications présentes sur l'emballage et de s'exercer suffisamment pour en maîtriser la pose. Voici en image, comment utiliser correctement un fémidom.

1 - Frotter l'emballage entre ses mains pour bien répartir le lubrifiant puis l'ouvrir délicatement après avoir vérifié sa date de péremption et s'être lavé les mains.


2 - Le petit anneau interne fermé à l'extrémité est la partie à insérer au fond du vagin. Une fois en place, il est possible d'ajouter un lubrifiant supplémentaire ou un spermicide.


3 - Il est important de choisir la position dans laquelle vous serez la plus détendue, elle doit vous être confortable afin de faciliter une bonne mise en place du préservatif.


4 - Pincer l'anneau interne et l'insérer dans le vagin comme un tampon.


5 - Pousser l'anneau au fond du vagin en s'assurant qu'il n'est pas tordu puis retirer le doigt en laissant l'anneau externe suspendu à environ 2,5 cm de l'entrée du vagin. Les lèvres et une partie du périnée seront ainsi couverts.



6 - Ensuite, guider le pénis dans l'ouverture du préservatif en maintenant l'anneau externe pour s'assurer qu'il reste bien en place et ne glisse pas sur le côté. Si le pénis pousse l'anneau externe dans le vagin, retirer le préservatif et en insérer un nouveau. Il est normal que le préservatif bouge légèrement pendant un rapport.


7 - A la fin du rapport, faire tourner la partie externe du préservatif afin de piéger le sperme à l'intérieur et le retirer délicatement. 

Voici donc la partie purement technique de l'utilisation du préservatif féminin. Si son aspect et son utilisation paraissent peu glamour, peut-être devrions-nous nous souvenir de notre première expérience du préservatif masculin, voire des suivantes ! Encapuchonnage laborieux, perte d'érection, mauvaise taille ou texture, et si de nos jours l'on fait abstraction de la relative esthétique d'un sexe masculin "encapoté", ce ne fut pas toujours le cas. Alors pourquoi ne pas laisser au préservatif féminin le temps de sa banalisation ? Pesons donc le pour et le contre.

Les avantages du préservatif féminin :

  • Pour commencer, nous rappellerons son efficacité, de l'ordre de 95%.

  • Tout comme le préservatif masculin, il n'affectera pas l'équilibre hormonal de la femme.

  • Plus résistants que le latex, le polyuréthane ou le nitrile réduisent les risques de déchirure tout en remédiant aux problèmes d'allergies au latex.

  • Compte-tenu de sa configuration externe, il protège une zone plus large du sexe féminin. De cette façon, il peut fournir une protection supplémentaire contre les maladies (dont le papillomavirus et l'herpès) touchant les lèvres, le périnée, et la base du pénis. 

  • Sa mise en place, possible jusqu'à 8 heures avant un rapport sexuel, ne nécessite pas d'érection, ne perturbe pas la phase préliminaire et permet de prolonger l'intimité amoureuse après l'éjaculation puisqu'il n'impose pas un retrait immédiat.

  • La question de la taille du préservatif ne se pose pas ! Par ailleurs, la plupart des hommes l'ayant essayé, surtout parmi les mieux pourvus par la nature, disent le trouver plus confortable, puisqu'il ne comprime pas le pénis. De plus, le PF procurerait des sensations similaires aux rapports non protégés.

  • Bien qu'il ne s'agisse pas du mode d'emploi "officiel" du préservatif féminin, il est possible de le disposer sur le sexe en érection de son partenaire avant la pénétration.

  • Il peut-être utilisé avec un spermicide et tout type de lubrifiant, contrairement au préservatif masculin qui n’est lubrifiable qu’avec des bases aqueuses bien spécifiques.

  • Il augmente les sensations grâce à la composition du nitrile qui prend rapidement la température du corps et à l’anneau externe qui, chez certaines femmes, stimule le clitoris.

  • Le préservatif féminin peut être utilisé lors des menstruations. 

  • Il convient à tous les types de femmes, même si elles ont déjà une contraception : celles ayant subi une hystérectomie, les femmes ménopausées ou ayant récemment accouché. 

  • Le nitrile n’est pas sensible aux variations de température ou à l’humidité, il ne requiert donc pas de conditions de stockage particulières.

S'agissant des relations sexuelles anales, l'usage détourné du préservatif féminin ne garantit pas à l'utilisateur(trice) une protection optimale. En effet, à ce jour les fabricants n'ont pas encore effectué de recherches pour ce type d'emploi.  

Il est préférable d'utiliser les préservatifs comportant les normes CE ou la NF EN 600. Elles indiquent que le produit a subi de nombreux tests et qu’il est conforme aux exigences de sécurité et de qualité.

Afin d'éviter toute détérioration du préservatif féminin, il ne faut en aucun cas s'en servir en même temps qu'un préservatif masculin. 

Quelques inconvénients observés lors de l'utilisation du préservatif féminin

  • Encore peu connu, ce préservatif à l'aspect particulier, peut rebuter certaines personnes.

  • La maîtrise de sa pose nécessite un minimum d'entraînement.

  • Il peut dans certains cas provoquer une irritation vaginale, vulvaire, pénienne ou anale.

  • L'efficacité de sa protection contre les IST et le SIDA lors de relations sexuelles anales n'a pas été démontrée.

  • Lors d'un rapport, un préservatif interne peut produire des sons... inattendus et donc perturbants, même après avoir ajouté du lubrifiant.

  • Par rapport au préservatif masculin, son coût est plus important (en moyenne 2€ l'unité).

  • S'il est relativement facile de se le procurer via internet, il est encore peu vendu en pharmacie.

Le préservatif féminin plébiscité par l'association AIDES 

Si AIDES milite pour le préservatif féminin, c'est que les enjeux sanitaires et sociétaux sont importants. Outre l'absolue nécessité de prévenir l'infection par le VIH, cet outil permettant aux femmes de prendre elles-mêmes en charge leur santé sexuelle, contribuerait à l'égalité homme/femme. 

Selon l'association, l'appellation "préservatif féminin" est impropre puisqu'il peut être utilisé par des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. C'est pourquoi lui est préférée celle de "préservatif interne". Bien que des recherches supplémentaires sur son efficacité lors de relations sexuelles anales soient nécessaires, il semble qu'il soit déjà largement utilisé par la communauté gay. Le site officiel aides.org fournit le témoignage d'un militant de AIDES à Rennes :

Lors de l'utilisation, j'ai pu constater que en tant qu' "actif", le plaisir des sensations était retrouvé par rapport au préservatif externe et ce pour plusieurs raisons. Il procure des sensations qui rejoignent presque le rapport sans préservatif pour la simple raison que le préservatif externe ne reste pas sur le sexe amenant des sensations lors de la pénétration (va-et vient qu'on ne ressent pas forcément avec le préservatif externe). On peut remettre du gel sans le risque de voir la capote "s'échapper". Il y a le confort non négligeable de pouvoir éjaculer sans risque de contamination ou de perte de préservatif. C’est un outil de prévention sans latex, intéressant pour les personnes qui y sont allergiques. Lors de son utilisation en tant que "passif", et à l'inverse des arguments précédents, la sensation de plaisir peut être moindre du fait qu'on ressent moins les pénétrations (le préservatif restant en interne). Il y a un gros point positif dans ce contexte "passif", la texture même du fémidom est plus agréable lors des rapports et notamment avec l'utilisation de sex-toys. Les préservatifs masculins peuvent ne pas aller sur certains sextoys, le fémidom est un bon compromis. La finesse du préservatif masculin peut faire ressentir certaines aspérités de certains accessoires, le fémidon évite les sensations désagréables. Et puis, c’est confortable quand on a besoin de capote XXL et qu'on en a pas. Je connais des personnes qui n'utilisaient plus de capote car ça les faisait débander. Elles ont essayé le fémidom et sont revenues ensuite vers moi pour en avoir à nouveau. J’incite régulièrement les personnes qui ne le connaissent pas à  l'essayer.

Il semble donc tant du point de vue féminin que masculin, que le préservatif interne bénéficie d'un regain d'intérêt. D'une part, ces nombreux avantages pallient efficacement plusieurs inconvénients du préservatif masculin. D'autre part, même si quelques améliorations doivent encore y être apportées (coût, esthétique, effets sonores...), cet outil efficace de contraception et de prévention mérite d'être réhabilité et largement promu. Toutefois, et bien que les hommes gays semblent apprécier son usage, le laboratoire Terpan nous informe :

L'utilisation du préservatif féminin pour les relations sexuelles anales est déconseillée. Le préservatif féminin FC2 n'a jamais été approuvé pour les relations sexuelles anales et n'a pas non plus été testé pour cela.

Nb : chaque année, le 16 septembre, a lieu la journée internationale du préservatif féminin.

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X