Sphère sociétale

Porno et banalisation des violences faites aux femmes.

Porno et banalisation des violences faites aux femmes.

Porno et banalisation des violences faites aux femmes.

"Je veux montrer ce que veulent vraiment les hommes : des femmes violentées, c’est ce qui les fait jouir parce que cela leur permet de se venger des femmes qu’ils ne peuvent chopper" (Bill Margold, pornographe).

En quelques lignes, Bill Margold résume parfaitement l’état de la pornographie contemporaine faite d’ultra-violence et de sexisme décomplexés. Violence et sexisme ont toujours été des essentiels de la pornographie dédiée aux hommes, mais ils revêtent aujourd’hui un caractère particulièrement poussé. 

D’une manière générale, le porno met en scène une femme soumise, humiliée, souillée, subissant une multitude d’actes barbares au nom de la liberté sexuelle. Bien sûr, le consentement, la sensualité et l’amour sont les absents récurrents de ces vidéos dans lesquelles les hommes y sont forcément de "vrais hommes", dominants, agressifs, violents. En justifiant éhontément les comportements sexuellement haineux, l’industrie du porno envoie un message très négatif à la société et notamment aux jeunes garçons qui intègrent des standards de comportements érotiques mortifères. Dans cet univers virulent, la construction érotique s’imprègne des pires cruautés, elle se désensibilise, se déshumanise. Dans le monde porno, l’homme idéal est un homme délesté de tout sentiment. Est-il productif de faire la promotion de pareille vision de la masculinité ? 


Dan Sandler, fondateur du site Rape Camp.

Qu’est-ce qui définit vraiment la masculinité ? Difficile à dire car il n’y a pas de critères objectifs. Si certains magazines mettent en garde les jeunes hommes : "Etre un homme ce n’est pas forcément être un abruti. Un homme agit avec respect et considération", d’autres en revanche mettent l’accent sur les notions de courage, d’audace, d’affirmation sexuelle. Les différents points de vue sur la masculinité, souvent contradictoires, rendent encore plus complexe la crise identitaire que traverse tout adolescent. Influencés par des contenus qui se veulent référents d’une identité masculine, les jeunes hommes deviennent vecteurs d’attitudes agressives envers les femmes, se privant de la possibilité de développer des comportements sexuels qui leurs permettraient de nourrir des relations saines, riches et enthousiasmantes avec leur(s) partenaire(s). 

Le porno propose une définition facilement assimilable, simpliste et manichéenne des rôles de chacun dans l’acte sexuel. 

Mais sans une représentation crédible des relations femme-homme, comment ces jeunes hommes pourraient-ils comprendre la place qu’ils doivent tenir dans la société ? Comment pourraient-ils avoir une juste perception des femmes quand les images qu’ils reçoivent véhiculent un message réducteur, dégradant, négatif de ces dernières, quand ils apprennent que pour être reconnu comme un homme, "un vrai", il faut être en capacité de détruire sexuellement la gent féminine.

Bien qu’il reste une partie de la production pornographique pour suivre d’autres chemins que ceux de la violence, la dégradation, l’humiliation, il faut reconnaître que la sexualité brutale du porno hardcore est une mode qui gagne du terrain chez les jeunes. Cette tendance se confirme année après année. Le marché est juteux, les bénéfices monstrueux et l’industrie du porno pousse dans cette voie. Comme n’importe quelle industrie, elle encourage ses clients à consommer toujours plus, plus dur, plus violent tout en se gardant bien d'alerter contre ses effets indésirables, à savoir l’enracinement d’une vision délirante des rapports femme-homme.

Commentaires (4)

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X