Sphère émotionnelle

BDSM : domination à distance

BDSM : domination à distance

Prévention BDSM - Quelles sont les spécificités propres à cette domination particulière ? Quels en sont les limites, les avantages, les inconvénients ou même les dangers ?

BDSM : domination à distance

Nous voici plongés au cœur du BDSM numérique.

Bien que cette pratique ne recueille pas tous les suffrages - et loin s'en faut -  la domination à distance qui, de son point de vue de départ, ne consiste ni plus ni moins qu'à contrôler une personne depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone, peut prendre de multiples formes. Mais le principe de base de la relation D/s, ne change pas, ni même la plupart des pratiques associées. Alors quelles sont les spécificités propres à cette domination particulière ? Quels en sont les limites, les avantages, les inconvénients ou même les dangers ? Nous savons que les relations dites "virtuelles", qui se construisent en dépit de la distance, peuvent ne se développer que sous cette forme. D'autres fois, elles établissent les bases nécessaires à l'aboutissement d'une rencontre physique. Les dominants et soumis profitent dans ces cas d'une longue période d'approche mutuelle, ponctuée de contacts mails, sms, ou "live" parfois quotidiens, pouvant s'étaler sur plusieurs mois. Ils ont ainsi tout loisir d'évaluer leur compatibilité, la pertinence de la confiance accordée et l'engagement de chacun. Pourtant, il arrive souvent qu'une fois la dimension virtuelle disparue, disparaisse avec elle précisément ce qui la rendait si intéressante : la part de rêve. 

Les principes en action

Parce que la dimension psychologique de la relation virtuelle est sollicitée d'une façon particulière, les échanges écrits (mails, sms, tchat) revêtent, eut égard à la quantité d'informations qu'ils recèlent, une importance capitale. À travers l'écriture se révèlent personnalité, intelligence, sensibilité, et les émotions générées par une utilisation pertinente des mots sont d'une grande intensité. 

Le mystère alimenté par la privation des sens stimulés en situation de face à face comme la perception olfactive, auditive, ou encore celle du toucher, décuple l'acuité psychosensorielle. On devine l'autre, on le fantasme, l'idéalise, et bien souvent cette construction mentale - qui tendra naturellement vers un certain absolu - ne résistera pas à la réalité de la rencontre physique. Même s'il arrive également que celle-ci entérine l'impression de départ, rarement elle ne la surpassera parce qu'elle n'existe pas sur le même plan. Certaines relations vont même jusqu'à atteindre leur apogée en matière d'intensité des sentiments et d'excitation dans leur seul contexte virtuel. Lorsque les partenaires se rencontrent physiquement, ils prennent conscience qu'ils viennent de quitter une dimension onirique absolument unique et définitivement perdue de leur relation et quoi qu'il advienne de leur union, ils devront en faire le deuil.

La communication écrite revêt plusieurs formes et qu'il s'agisse de mails, sms ou tchat, la pensée s'organise différemment. La construction de la pensée épistolaire "différée" (lettres, mails) prend son temps, elle corrige les fautes d'orthographe, améliore le style, modifie la forme, s'attache à trouver les mots les plus justes. Ainsi, elle joue un rôle de tamis, ne laissant filtrer que le meilleur de la personnalité. Elle est une forme élaborée de langage, bien que ne possédant pas tous les attributs nécessaires, non pas à la lecture, mais à la bonne compréhension de l'intention. Lui manquent en effet les intonations, les expressions corporelles précisant la pensée. De ce fait, s'il s'avère qu'une formulation est ambigüe, son interprétation se cristallisera dans l'esprit du lecteur sans que le scripteur ignorant n'y puisse rien faire, d'autant que le lecteur lui, n'en aura pas forcément conscience. C'est ainsi que le personnage se construit, malgré lui, dans l'imaginaire de son correspondant, souvent très loin de la personne qu'il est en réalité. 

Si l'on considère qu'une relation à distance s'édifie sur la base de perceptions fondamentalement subjectives, telles que celles précédemment citées, l'on comprend mieux la facilité avec laquelle certaines personnes, sans doute plus naïves et dont la quête BDSM tend vers un idéal élevé, peuvent être aisément manipulées par des interlocuteurs habiles et pourvus d'un certain charisme. Car à partir du moment où le dominant investit par l'écrit l'esprit de la personne soumise, il exerce sur elle une domination sur le plan intellectuel, émotionnel et par extension, physique. Car, comme l'exprime fort bien Alain Viala, la communication épistolaire, parce qu'elle porte à la fois présence et absence, est une relation où le scripteur exerce par son propos une action sur son lecteur pour l'informer, l'émouvoir ou le convaincre. Ici, convaincre la soumise du potentiel de la relation, de la nature de ses intentions et l'émouvoir par celle de ses sentiments. Plus avant dans le processus de communication à distance - parce qu'il ne se limite pas à l'écriture de mails - les messageries instantanées, les sms, les conversations téléphoniques ou vidéos finiront de persuader la soumise d'obéir aux demandes expresses du dominant, comme par exemple lui communiquer des contenus au fort potentiel compromettant, s'infliger elle-même, via webcam punitions et autres contraintes ou privations. Là s'exerce une domination d'autant plus forte que l'objet épistolaire est par définition d'une réalité matérielle durable - les conversations écrites ont en effet cela de particulier qu'elles peuvent être lues et relues à l'envie - renforcée par la sollicitation de deux autres sens : l'ouïe et la vue. 

La domination à distance comme outil d'évaluation

Il est communément admis par les personnes soumises et dominatrices qu'une approche virtuelle des besoins et attentes de chacun est un moyen efficace pour déterminer le potentiel de la relation D/s. Elle apporte à la fois le sentiment de sécurité et le recul nécessaire à la réflexion, tant du point de vue de sa démarche personnelle que de celle de son/sa partenaire. Une soumise novice y verra l'opportunité de se familiariser avec sa nouvelle condition, à travers les exercices dictés par son maître encore virtuel dont elle décèlera également le potentiel de domination. Car si la soumise ne détecte pas, lors des échanges virtuels, la puissance de domination qu'elle attend de son maître, il y a peu de chances que celle-ci se révèle en situation de face à face. 

Le dominant quant à lui posera le cadre de sa domination dès les premiers échanges, resserrant progressivement l'étau de ses exigences et l'adaptant aux progrès et à la qualité de soumission de sa partenaire, en sorte qu'elle ait le temps de comprendre ce qu'elle vit et pourquoi. Alors la relation se construira au fil des jours, par les jeux, les injonctions du maître. Dans le cas où le charme agirait, la prise de contact virtuelle sera assimilée à une période probatoire précédant la prise de décision d'une rencontre physique. Dans le cas contraire, chacune des parties pourra renoncer à poursuivre la relation.

Le lien particulier qui s'établit entre un dominant et sa soumise lors d'une rencontre via internet est de l'ordre du ressenti, de l'inconscient, une sorte de communication subliminale qui établit rapidement les schémas interactifs des partenaires, rappelant cet extrait de L'insoutenable Légèreté de l'Être de Milan Kundera : "Il s'établit rapidement entre tous les amants des règles du jeu dont ils n'ont pas conscience mais qui ont force de loi et qu'il ne faut pas transgresser." 

Le choix de la seule domination virtuelle

Il s'agit d'une décision commune de ne jamais substituer le réel d'une rencontre physique à la dimension virtuelle de la domination. Dès le départ, la recherche est clairement énoncée et il ne saurait sur ce point y avoir de malentendu. Ce type de relation peut s'instaurer entre deux personnes très éloignées géographiquement ou non mais désirant vivre une expérience D/s sans trop d'investissement personnel et sans répercussion sur leur vie de famille, de couple ou professionnelle. Le cadre du rapport D/s peut être fixé en fonction de l'attente des deux partenaires en matière de durée et de nature de la relation, selon qu'elle sera durable ou ponctuelle, exclusive, partagée et/ou même tarifée.

Parmi les avantages de la domination exercée à distance, sont cités le sentiment de liberté, de sécurité, la discrétion, la flexibilité des horaires consacrés aux séances et la possibilité de vivre un fantasme sans toutefois le réaliser tout à fait. Un grand nombre de personnes mariées ou engagées par ailleurs ont recours à ce type de relation D/s virtuelle qui leur permet de satisfaire à leurs pulsions tout en préservant leur vie privée, à condition toutefois que toutes les précautions d'usage aient été prises et respectées en matière d'anonymat. Mais les rapports D/s virtuels ne se limitent pas à des jeux occasionnels dépourvus de sens ou de profondeur, profitant de ce que la distance les rendrait facultatifs (loin des yeux, loin du martinet) pour ne pas être pris au sérieux. La domination virtuelle peut tout à fait s'exercer de façon très élaborée et s'avérer particulièrement exigeante, d'autant que les possibles en la matière sont innombrables et que la dimension fantasmatique de la communication tend à magnifier le charisme du dominant. De ce fait, la personne soumise sera d'autant plus encline à obéir aux demandes les plus déstabilisantes de ce maître idéalisé que son aura alimentera en elle un profond désir de le satisfaire. Il s'agit bien-sûr d'un jeu consenti (en principe) librement dont les bénéfices ne prendront toute leur efficience qu'à la lumière d'une pleine lucidité de l'un comme de l'autre des partenaires. Sans cette dimension éclairée de la soumission, la personne soumise se trouverait confrontée aux dangers d'une emprise subie plus que consentie et, dans le pire des cas, d'une manipulation malveillante.


Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X