Sphère émotionnelle

Et à trois, c'est mieux qu'à deux ? (1/2). Par Isabella.

Et à trois, c'est mieux qu'à deux ? (1/2). Par Isabella.

Osphères est un espace de liberté d'expression. N'hésitez pas à nous proposer vos créations littéraires. Nous nous ferons un plaisir de les publier. Aujourd'hui c'est Isa qui est à l'honneur.

Et à trois, c'est mieux qu'à deux ? (1/2). Par Isabella.


La promenade en forêt avait été bonne, le temps était de la partie et les trois amies revenaient les bras chargés de baies et de champignons, trouvés aux pieds des grands arbres du Mont Aigoual. Natacha conduisait avec aisance sur ces routes de montagne qu'elle connaissait par cœur, pendant qu'Isabelle et Maxine -qui préférait le diminutif de Max- papotaient autour de leur sujet favori : leurs plans cul du moment. Chacune donnait son avis sur les prestations de ces messieurs et la façon dont ils parvenaient à leur procurer des orgasmes mémorables. L'un léchait comme un dieu, l'autre doigtait avec tant de subtilité qu'il parvenait à faire lâcher prise à son amante. Quant à la pénétration, qu'elle soit lente et douce ou plus frénétique, pour chacune des deux femmes, elle était l'occasion à chaque fois renouvelée de jouir sans fin. Natacha souriait sans rien dire en les écoutant, toute absorbée qu'elle était par son amour naissant pour un homme rencontré récemment.

Le restaurant qui les attendait à 20h ne leur laissait que peu de temps entre le moment de leur arrivée et celui de leur départ prochain. Il s'agissait d'être efficace.

- Isa, tu partages la douche avec moi ? demanda Max, avec un sourire coquin.

- T'es sûre qu'on va gagner du temps, là, en se retrouvant toutes les deux sous la douche ? répondit Isabelle, qui connaissait les goûts de son amie pour les caresses intimes.

- Je serai sage, promis ! dit-elle en retirant son tanga rouge, dévoilant son sexe au mont de vénus couvert d'un duvet noir comme le jais, semblable à sa splendide chevelure.

Ses petits seins tendus et ses mamelons sombres attisèrent le désir d'Isabelle qui se déshabilla rapidement pour la rejoindre sous la douche. Leurs différences physiques étaient vraiment un hommage à la diversité de la création ! La brune était mince et élancée avec de belles jambes tout en finesse. Sa peau avait pris le soleil tout l'été et ses origines gitanes, bien que lointaines, se révélaient aisément aux regards un tant soit peu attentifs. Sa belle chevelure raide et noire tombait juste à hauteur de ses petits seins. Isabelle avait pour elle la rondeur des épaules, une peau blanche, parsemée, au niveau de son décolleté, de quelques taches de rousseur. Que dire de ses seins sinon qu'ils étaient opulents et lourds, aux aréoles rosées. Sa vulve apparente, soigneusement épilée, était rose comme une belle fleur épanouie. Ses fesses et son ventre arrondis donnaient irrésistiblement envie de les caresser, de les peloter à pleines mains, de les dévorer à pleine bouche. De sensualité différente, les deux femmes n'en étaient pas moins complices et amantes par moment.

Natacha, tout en envoyant un sms enfiévré à son futur amant, les écoutait s'ébrouer et rire dans la salle de bain. Elle ne put s'empêcher de lui faire une allusion au fait que ses amies se douchaient ensemble. Finalement, elle perçut un premier gémissement, ce qui éveilla sa curiosité et son envie d'ouvrir la porte de la salle de bain. Le spectacle qu'elle découvrit ne la surprit guère. Elles étaient toutes les deux dans la baignoire, Isabelle agenouillée devant le con de Max. Celle-ci avait relevé une de ses jambes et posé le pied en équilibre sur le rebord de la baignoire pour laisser à son amie tout le loisir de la lécher avec une douceur bien à elle. Les deux femmes s'interrompirent en entendant Natacha s'exclamer :

- Ah ben on peut pas vous laisser deux minutes, toutes les deux !

- Ah, ah, mais c'est elle qui a commencé, rétorqua Isabelle en se retournant vers Natacha.

- Oui, bon, avoue que t'avais rien contre hein, Isa ? répondit Max.

- Bon ben vous méritez une petite correction mes coquines, dit Natacha en invitant Max à sortir de la baignoire.

Elles se retrouvèrent l'une contre l'autre, yeux dans les yeux et Natacha eut envie d'embrasser son amie. Ce qu'elle fit avec naturel. Isabelle les observait en imaginant leurs langues qui se léchaient et s'enroulaient l'une autour de l'autre. Ne pouvant résister à la sensualité qui se dégageait de la scène, elle se joignit au duo et, toujours nue, caressa le dos de l’une et de l’autre. Natacha portait encore son tee-shirt maculé de transpiration. Elle approcha son visage des aisselles de son amie, les huma avec délectation, puis passa sa main sur ses flancs et descendit doucement jusqu'aux fesses. Celle-ci cessa d'embrasser Max, se retourna et lui offrit sa bouche avec douceur et une pointe d'avidité. Isabelle et Natacha étaient toutes deux des femmes de tête, dirigeant des entreprises montpelliéraines et imposant leur caractère bien trempé à des collaborateurs bien souvent masculins. Elles en retiraient une forme d'assurance tranquille, une sorte de force qui s'exprimait dans tous les domaines de leur vie. Natacha était bien plus grande qu'Isabelle et son corps en imposait facilement. Ses muscles dessinés par de nombreuses pratiques sportives saillaient sous ses vêtements moulants. Ses cheveux très courts, auburn, encadraient un visage un peu anguleux, paré d'une paire d'yeux d'un vert profond. Une mouche brune ornait sa joue gauche, comme une ultime coquetterie dont l'aurait affublé la nature. Leur baiser attisa chez l'une comme chez l'autre des désirs plus marqués et plus charnels.

- Allons-nous allonger, proposa Natacha.

- Comment résister à une si gentille invitation ? répondit Isabelle, en attirant contre elle Max qui, tout sourire, se laissa embarquer et pousser vers l'alcôve qui avait déjà été le théâtre de leurs jeux saphiques.

D'un commun accord, Max et Isabelle déshabillèrent Natacha et l'invitèrent à se coucher sur le dos. Elle se retrouva rapidement nue et caressée de toute part. L'une l'embrassait dans le cou, sur les seins, sur les flancs tandis que l'autre avait porté son attention sur son sexe broussailleux dont la couleur auburn apportait un charme supplémentaire à son apparence bombée. Elle se laissait baiser, abandonnée aux caresses et aux langes mutines qui parcouraient son corps et son sexe. Isabelle goutait la mouille de son amie avec autant de délectation que de gourmandise. Sa langue se faisait douce et tendre, explorant lentement chaque pli de ce sexe charnu et odoriférant. Natacha roulait du bassin, comme pour mieux rester en contact avec cette exquise et divine langue. Max, quant à elle, l'embrassait à pleine bouche. Leurs salives se mêlaient et leurs lèvres se goutaient avec ardeur.

- Viens poser ta chatte sur ma bouche, ma chérie, proposa Natacha.

- Tu vas me baiser aussi bien qu'Isa te baise, ma douce ?

- La langue d'Isa et la mienne seront au diapason. Comme si Isa te baisait à travers moi !

Entendant cette proposition, Isabelle s'interrompit le temps de laisser les deux femmes s'installer confortablement. Max vint s'asseoir sur la bouche de Natacha, puis se tournant vers Isabelle, de façon à lui faire face, la regarda droit dans les yeux. Isabelle reprit ses baiser mouillés sur les lèvres purpurines, lisses et gonflées de désir de Natacha. Elle ne lâchait pas des yeux le regard mutin de Max qui, se faisant lécher le con, défaillait de volupté. Les soupirs de l'une et de l'autre se mêlaient aux bruits de bouche, aux lapements humides, aux râles de plaisir qui montèrent crescendo pendant quelques délicieuses minutes.

...à suivre...

Par Isabella.





































Commentaires (1)

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X