Sphère émotionnelle

Et à trois, c'est mieux qu'à deux ? (2/2)

Et à trois, c'est mieux qu'à deux ? (2/2)

La suite de la nouvelle proposée par Isabella : c'est caliente !

Et à trois, c'est mieux qu'à deux ? (2/2)


Natacha était proche de l’orgasme, son jus inondait la bouche d’Isabelle qui sentait le moment venu de la doigter. L’effet fut immédiat. Elle écarta les cuisses et releva son sexe vers le visage d’Isabelle. Le doigt se contentait d’imprimer des mouvements dirigés vers le dessus du sexe, chatouillant la chair tendre et humide de l’intérieur du vagin. Isabelle posa sa langue, bien à plat, dans toute sa largeur, sur la fente ouverte. Elle la fit glisser avec une intense lenteur de la base de la vulve, là où son doigt titillait le con, jusqu’au clitoris. Toute son attention était portée au plaisir de son amie qui de son côté baisait la nacre offerte de Max, avalant tout ce qu’elle pouvait de la mouille qui inondait son menton et ses lèvres. Sa langue dardait et pointait sur le clitoris. Max bougeait doucement au-dessus cette bouche coquine qui lui donnait tant de plaisir. Natacha avait la place de choix. Elle goutait intensément chaque râle, chaque soupir, chaque souffle coupé et chaque sursaut de ses deux amies. L’orgasme la surprit alors même qu’Isabelle retirait son doigt de sa fente. Elle ne put hurler son plaisir car sa bouche était emplie du sexe gouteux de Max. Son cri fut étouffé, mais si puissant qu’Isabelle et Max se sourirent, complices de ce moment de plaisir partagé.

Natacha bouffa avec une ardeur renouvelée le sexe de son amante en la repoussant de se deux mains vers l’avant. Max se retrouva nez à nez avec Isabelle qui s’approchant l’embrassa avec fougue, la bouche encore imbibée du jus de Natacha. Celle-ci profita de l’espace libéré pour approcher son doigt de l’anus de Max. Son index s’enfonça sans difficulté dans le trou serré. Elle le doigta avec force. Max était comblée de plaisir, pénétrée qu’elle était par un doigt et léchée par une langue fine et pointue. Isabelle, voulait jouir elle aussi. Elle se retourna et présenta ses fesses blanches et charnues à la bouche avide de Max. La vue de cette douce paire de fesses, surplombant l’abricot épilé, inspira à Max de bien belles idées. Elle lécha sur toute la longueur la vulve rosie en remontant jusqu’à l’anus encore fermé. Dès le premier coup de langue, Isabelle s’ouvrit, se cambra irrésistiblement et offrit sans pudeur son intimité à la chaleur de cette langue habile. Natacha commença à gigoter et décida de se dégager du trio.

- N’arrêtez pas, mes coquines, je vais chercher un complice, dit Natacha en se relevant et fouillant dans un tiroir de la commode proche du lit. 

Elle appréciait de voir ses amies en pleine montée de plaisir. Isabelle, dans une position de don total, avait déposé son buste sur le lit et ses fesses surmontaient son corps alangui. Max en prenait plein la vue. Natacha eut très envie de rajouter une petite touche au superbe tableau qu’offrait ses deux amies. Elle sortit du tiroir un sac noir qu’elle ouvrit pour en tirer une ceinture gode au phallus rose parfaitement réaliste et de taille tout à fait honorable.

- Ma douce, dit-elle en caressant les cheveux d’Isabelle, veux-tu bien m’offrir ta bouche un instant ? Je veux y glisser ma bite…

- Oh ! Mon dieu, mais c’est quoi cet objet ? demanda Isabelle très surprise par ce harpon qu’elle n’avait encore jamais vu.

- Ah, ça y est, s’exclama Max, tu l’as acheté et tu ne m’avais rien dit !

- J’aime bien vous réserver quelques surprises, mesdames ! Alors Isabelle, es-tu prête à engloutir ma belle queue ? Suce-la bien et nous verrons bien ce que j’en ferais après !

- Hum…viens m’embrasser un peu avant, dit Isabelle en se campant à quatre pattes sur le lit, face à son amie qui s’harnachait rapidement, couvrant le haut de ses cuisses des lanières de cuir noir qui supportaient le gode.

Natacha se pencha vers la bouche offerte d’Isabelle, baisa ses lèvres humides et sentit avec plaisir que celles-ci frémissaient de désir. Max profita de l’intermède pour se caresser doucement. Puis, se rapprochant de ses belles amies, se plaça dans le dos de Natacha. Isabelle, sous le charme de l’inattendu, gobait la bite rose comme si elle eut été celle d’un homme. Elle jouait avec sa langue sur la longueur de la hampe, appuyant bien sur la queue tendue face à elle. Natacha la regardait dans les yeux, jouissant de la sentir si appliquée à mimer la fellation. Isabelle léchait le gland, langue tirée, puis engloutissait le chibre brusquement sans sa bouche et recommençait. Natacha sentait les mouvements de va-et-vient que cela engendrait, elle fantasmait de pénétrer un con ou un cul. Max en se régalant du spectacle, caressait le sillon fessier de Natacha avec un doigt qu’elle trempait à l’envi dans la mouille de son amie. Leur désir était monté de plusieurs crans et semblait ne jamais devoir s’interrompre.

- Ma petite chérie, montre-moi ton cul, que j’y enfourne ma queue que tu as si bien sucée, dit Natacha à Isabelle.

- Tu vas me prendre, là, comme ça ? sourit Isabelle avec une pointe d’appréhension et beaucoup d’envie.

- Oh, mais j’y compte bien, ma chérie ! Et toi Max, veux-tu m’y aider, ma jolie coquine ?

- Tes désirs sont des ordres, ma belle, répondit Max. Qu’attends-tu de moi ?

- Va lécher la fente d’Isa, mouille-la bien de ta langue, et caresse-lui bien le clito. Allonge-toi et passe ton visage sous sa chatte. Tu verras de près comment je la sodomise.

- Hummm…quelle bonne idée tu as là ! répondit Isabelle. Viens ma puce, je veux sentir ta salive sur mes lèvres.

Les trois femmes prirent place, chacune à l’écoute du désir de l’autre. Isabelle sentait Natacha derrière elle qui suçait son doigt avant de le passer sur son sillon fessier. Elle ondulait de la croupe, en soupirant lascivement. Les coups de langue entre ses cuisses affolaient son désir. Une langue chaude et habile lui branlait le clito. Son corps implorait la sodomie, une pénétration qui la transportait vers les plus hauts sommets. Natacha était hypnotisée par cette rosace, au centre de ces fesses blanches, qui se dilatait sous l’effet des caresses lubriques de son doigt. N’y tenant plus, elle força doucement l’anus d’Isabelle qui s’ouvrit sans résistance et aspira avec délice la queue du gode ceinture. Natacha en fut si surprise que son désir de pénétration s’en trouva décuplé. Elle entama d’amples mouvements de va-et-vient. Max, aux premières loges, regardait ce gode rose entrer et sortir du cul d’Isabelle, elle en mouillait de tout son con. Sa langue s’agita avec frénésie entre les lèvres et le gode, tandis que sa complice, accélérant ses coups de reins, pénétrait avec ardeur le cul d’Isabelle. Natacha se sentait dominatrice du plaisir de celle-ci et y prenait en retour un plaisir qu’elle n’aurait jamais soupçonné. Sa propre chatte, branlée par chacun de ses mouvements de bassin, était en ébullition. Les trois jouissaient de concert, criaient, lapaient, suçaient, branlaient et sodomisaient avec tant d’énergie que leurs orgasmes s’enchaînèrent pendant de longues minutes. 

Quand elles quittèrent la maison, la chambre sentait si fort la mouille qu’elles en gardèrent les effluves dans leurs cheveux. Mais à aucun moment, aucune d’elle n’avait souhaité repasser sous la douche avant de sortir, préférant honorer la mémoire odoriférante de leurs jouissances partagées.

Isabella.

Commentaires (3)

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X