Sphère émotionnelle

La méditation orgasmique

La méditation orgasmique

La méditation orgasmique

Une pratique méditative sensuelle.

La méditation orgasmique est un concept inventé par Nicole Daedone, par ailleurs fondatrice du site One Taste et fer de lance du mouvement "Slow Sex", une nouvelle approche de l’érotisme qui veut en finir avec la performance sexuelle prônée par les pornographes. En quelques mots, on pourrait dire que la méditation orgasmique est au sexe ce que le yoga est au fitness. En tout état de cause, elle n’est pas un acte érotique mais une technique qui combine les principes de la méditation et les sensations voluptueuses des caresses intimes. Dans la M.O on ne recherche pas l’orgasme furtif, tel que l’on peut l’expérimenter lors de rapports sexuels basiques, mais un état orgasmique prolongé dans lequel les limites du corps s’effacent au profit d’une communion avec le tout. Comme pour la méditation traditionnelle, les bienfaits de la méditation orgasmique dépassent le cadre de l’instant et se répandent comme un limon fertile sur la vie de tous les jours. 

La méditation orgasmique est centrée sur le plaisir de la femme et repose sur des caresses douces et subtiles de son clitoris.

Les deux partenaires focalisent leur conscience sur ce point unique en essayant d’être concentrés sur le présent, le partage des sensations, et là réside toute la difficulté. Nous sommes tellement habitués, voire conditionnés à l’anticipation, qu’il n’est pas facile de focaliser sur l’instant. En cela il convient de ne tromper personne et de préciser que cette expérience demande un investissement personnel important, étayé par une réflexion profonde sur l’objectif que l’on désire assigner à la sexualité, un apprentissage mené par un maître et un entraînement ad hoc. A défaut, il serait exagéré de parler de méditation et l’expérience, si agréable soit-elle, ne serait qu’une séance de masturbation soft. 

Dans la méditation orgasmique, le rituel est incontournable. La préparation de la couche sur laquelle s’allonge la femme, la position des partenaires, la lumière, la technique de massage clitoridien et le temps, 15 minutes ni plus ni moins, tout doit être respecté. L’objectif de cette méditation particulière est de permettre au couple de se connecter en profondeur, de trouver une source d’épanouissement et de bien-être. Derrière la M.O il y a la volonté d'appréhender la sexualité d’un autre point de vue que celui de la consommation, de lui redonner du sens à travers une approche faite de connaissances, d’écoute et de spiritualité. L’état orgasmique recherché par cette pratique méditative n’a rien à voir avec l’orgasme au sens courant du terme. L’orgasme est bref mais l’état orgasmique est prolongé et permet d’accéder à un état de pleine conscience de l’ici et maintenant, un recentrage psychique dont les bienfaits pour le cerveau, la santé mentale et physique ne sont plus à démontrer. 

Si pour certaines femmes il est difficile de jouir "à la manière des hommes", toutes sont capables d’atteindre l’état orgasmique, c’est du moins ce qu’affirme Nicole Daedone. La méditation orgasmique ouvre une nouvelle voie de compréhension de l’orgasme féminin qui peut prendre d’autres formes que l’explosion énergétique qu’on lui associe traditionnellement. Il peut se manifester par des contractions des parois vaginales, des picotements voluptueux, des sécrétions et une foule d’autres sensations sans doute différentes de l’orgasme, au sens masculin du terme, mais tout aussi réjouissantes. Au-delà de la compréhension de l’orgasme, nous devons aussi admettre que le psychisme féminin a développé un sens aigu de la menace et du danger et de ce fait, est moins disposé au lâcher prise que celui des hommes. La méditation orgasmique est, de ce point de vue, d’une grande efficacité. Elle leur permet de poser l’attention sur leurs ressentis profonds à l’exclusion de toutes autres considérations. Les femmes qui accèdent à cette douce perte de contrôle en ressortent revigorées et s’offrent de nouvelles perspectives de vie.

Les principes qui guident la méditation orgasmique peuvent s’appliquer dans bien des domaines de la vie courante.

En acceptant de donner libre cours à l’expression de leurs désirs, les femmes, au travers de la méditation orgasmique, peuvent comprendre que le désir est à la base de toutes les grandes réalisations de la vie. Le désir est la seule force capable de nous sortir de la routine qui éteint toute ambition. Ne pas respecter ses désirs c’est augmenter le risque d’être malheureux dans sa vie de couple, dans sa vie professionnelle, dans ses relations sociales. Par la méditation orgasmique, les femmes apprennent à parler de leurs envies, de les communiquer à leur partenaire et finalement, elles sont souvent surprises de voir que ce dernier n’attendait que cela. 

Pour comprendre le sens de la méditation orgasmique, il faut oublier l’idée de technique sexuelle et, en quelque sorte, faire table rase de toute idée de recette miracle proposée par la littérature spécialisée. Tout comme le yoga n’est pas une simple affaire de postures et s’inscrit dans une dimension supérieure de conscientisation, la M.O ne peut se réduire à un procédé masturbatoire. Il serait même approprié de parler de philosophie de vie, de philosophie des relations humaines qui doit aboutir à une transcendance de l’individu au profit d’une communion des corps et esprits dans un espace libre de toute considération matérialiste. Nul besoin de lingerie sophistiquée, de scénarios élaborés, de sextoys et encore moins de performance. Les partenaires qui s’engagent dans la méditation orgasmique recherchent une connexion de leurs sensations mutuelles, un partage de l’intensité de leurs ressentis dans la sobriété et le dénuement. 

La méditation orgasmique s’inscrit dans un courant de pensée "slow". Née dans les années 80, la tendance slow est une résistance socio-politique à l’accélération exponentielle de tous les processus de vie, les conjectures de Moore dans le domaine informatique en étant l’exemple le plus parlant. La philosophie slow consiste à vivre en conscience. En 1986 un journaliste gastronomique lance le concept le Slow Food en réaction à l’incongruité du fast-food. En 1999, suivant les principes édictés par Ivan Illich dans un manifeste de 1973, Energie et équité, naît l’association Cittaslow, réseau internationale des villes du bien vivre. En 2009, des artistes éditent le Manifesto de l’art slow dans lequel ils revendiquent l’approche et le processus créatif comme ayant une valeur supérieure à celle du produit fini. En 2018, la slow attitude est devenue à la mode et a envahi tous les secteurs de la vie. On parle de slow tourisme, de slow management, de slow school, de slow cosmétique et bien sûr de slow sex. L’idée du slow n’est pas de tout ralentir, ce qui équivaudrait par l’absurde au fast-living, mais de vivre les choses à la bonne vitesse, tempo giusto, en renouant avec la simplicité, la sobriété, le dénuement, en renonçant aux artifices, le tout en conscience et bien ancré dans le présent. 

Pour faire l’expérience du slow sex, il suffit de savourer l’instant sensuel plutôt que l’expédier vite fait bien fait.

Prendre le temps de se nourrir de l’autre, de ses sensations. Peut-être pensez-vous que votre vie sexuelle est satisfaisante, mais comme aime à le souligner Nicole Daedone, suffisant n’est pas assez. Pour elle, notre corps est le siège d’une énergie si puissante qu’elle devrait être utilisée non seulement pour se sentir bien mais aussi pour développer notre humanité, notre empathie, notre connexion aux autres et notre générosité. Son vœu le plus cher serait que notre vieille conception du sexe loisir s’efface au profit d’une autre où la sexualité serait source d’évolution aussi bien personnelle que collective. Serait-il possible de changer le poison en potion bienfaitrice ? Certainement si nous acceptons de ne plus voir les relations sexuelles sous l’angle de la consommation, de la pornographie, de l’égocentrisme. L’énergie sexuelle peut-être sublimée et servir dans le cadre de pratiques qui s’attachent à rendre l’homme meilleur.  

Soudain j’ai senti une ouverture et je fus immergée dans une dimension psychique inconnue. J’ai commencé à crier. J’ai senti que quelque chose en moi, dont je n’avais même jamais envisagé l’existence, se décoinçait. J’ai ressenti un authentique élan d’empathie à ce moment. J’avais déjà fait l’expérience de la pleine conscience pendant des séances de méditation mais à cet instant je l’expérimentais en connexion avec un autre être. Une fois que vous avez vécu ce type d’expérience les choses s’améliorent d’elles-mêmes. Tout ce qui empêchait la connexion disparait et ce qui précédemment était lueur lointaine est là tout simplement. Plus je pratique la M.O plus mes facultés à comprendre intuitivement les autres, de les accueillir, de les ressentir se développent de façon spectaculaire.

C’est ainsi que Nicole Daedone décrit sa première rencontre avec l’état orgasmique. 

La méditation orgasmique change la façon dont nous percevons nos sensations, elle change notre structure cérébrale. Elle stimule le système nerveux parasympathique dont l’activation déclenche une réponse de relaxation, une baisse du rythme cardiaque et de la tension artérielle, tout en favorisant la fonction digestive et l’appétit sexuel. Comme pour les autres pratiques de pleine conscience, méditation et yoga, la M.O permet d’augmenter les capacités de concentration et l’aptitude à entrer dans un état de conscience qui mobilise pleinement nos facultés mentales et physiques. Les hormones du bonheur, ocytocine, dopamine et prolactine coulent abondamment dans nos veines lors d’une séance de méditation orgasmique. Rappelons qu’un faible taux d’ocytocine a des incidences négatives sur l'implication sociale, la libido, la qualité du sommeil, l'envie d’être en relation et peut induire de graves dépressions. Il y a deux scénarios dans lesquels le corps des femmes produit de l’ocytocine en grande quantité, l’accouchement et l’orgasme. Si nous nous plaçons dans une perspective évolutionniste, nous pouvons affirmer que cette hormone permet de consolider les liens entre les êtres humains et donc de renforcer l’envie de bien vivre ensemble.

Commentaires (2)

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X