Sphère émotionnelle

Le polyamour par la photographe Julie De Sousa

Le polyamour par la photographe Julie De Sousa

Dans la série « Nouvelles amours », la photographe Julie De Sousa a laissé parler son talent pour saisir avec subtilité l’intime atmosphère du polyamour, ces relations atypiques où l’amour s’écrit au pluriel.

Le polyamour par la photographe Julie De Sousa

Polyamour ou le désir d'aimer au pluriel.

C’est désolant, mais c’est un constat, nous entrons dans une ère où se multiplient les positions dogmatiques et rigoristes. Le débat d’idées perd tout intérêt quand la pensée critique s’atrophie sous le joug du manichéisme. En tout domaine nous devrions être soit pour soit contre. De toute évidence cette époque préfère les formules chocs aux discours nuancés, les slogans publicitaires à l’analyse de la complexité. Les relations humaines n’échappent pas à cette tendance, notamment quand il s’agit d’appréhender les comportements amoureux et sexuels.

Sous prétexte de déconstruire les rapports de pouvoir, les moralistes contemporains.es s’immiscent dans l’intimité des couples leur signifiant sur un ton péremptoire ce qu’il est tolérable de faire derrière les rideaux des alcôves. Ce refus d’adopter une attitude libérale, ouverte et tolérante, est généralement sous-tendu par une analyse sociologique des sexualités qui voit dans les érotismes non-conventionnels la reproduction des schémas de dominance patriarcale. Or, les relations intimes sont d’une nature éminemment plus hétérogènes et complexes que celle des relations sociales. Les appréhender par le prisme de la sociologie conduit immanquablement à produire des contre-vérités et des jugements caricaturaux. Finalement n’est-il pas plus pertinent de questionner l’épanouissement et le bien-être générés par une pratique que ses fondations ? Lorsque les couples trouvent la plénitude dans le libertinage, l’échangisme ou le polyamour, on se demande quelle vanité autorise certains.es à  stigmatiser leur mode de fonctionnement relationnel ?


Si les sexualités alternatives subissent l’opprobre des « réfractaires à la joie d’aimer », le polyamour, qui n’a pourtant pas de signifiant érotique particulier, est aussi dans la ligne de mire de celles et ceux qui souhaiteraient que tout un chacun se plie à leur conception étriquée des relations amoureuses. Les polys ont fait un choix de vie qui peut paraître incongru, mais c’est le leur. Dans la mesure où ce modèle amoureux leur convient, qu’ils/elles en retirent les bénéfices recherchés, pourquoi leur chercher des poux dans la tonsure ? N’en doutons pas, membres d’une communauté polys et adeptes des relations de couple classiques poursuivent une même quête, celle du bonheur et là est bien l'essentiel.


Dans la série « Nouvelles amours », la photographe Julie De Sousa a laissé parler son talent pour saisir avec subtilité l’intime atmosphère du polyamour, ces relations atypiques où l’amour s’écrit au pluriel. Un travail remarquable d’intelligence qui dévoile plus qu’il ne montre. On s’aime, s’enlace, on se désire et s’étreint, avec le naturel de celles et ceux qui vivent en accord avec leur moi profond. C’est tendre et sensuel, érotique et charnelle, c’est la vie dans toute sa force d'amour. 


Pour le site « fisheye » la photographe évoque son approche du polyamour : « Le corps incarne, exprime, guide, trompe. Il n’est pas qu’une enveloppe qui s’adresse à la sensibilité esthétique, il est également la médiation la plus naturelle et la plus intime aux émotions. »


« Chacun.e a sa vision de la relation et invente ses propres règles. Pour certains.es, le lien à l’autre est primordial et implique le désir de construire ensemble, mais aussi la jalousie, la peur de perdre l’autre… Pour d’autres, il s’agit d’abord d’une liberté au niveau individuel, qui se pose comme une condition non négociable. Je crois que tout est une histoire de choix. Il ne faut pas voir l’autre comme un frein à sa liberté, mais comme un partenaire pour la conquérir. »


« Ce qui m’intéresse, c’est le désir. Le moment où se noue cette émotion érotique. »

Julie De Sousa est une photographe de l'intime amoureux, qui a produit plusieurs séries sur cette thématique. N'hésitez pas à visiter son site.

Commentaires (2)

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X