Sphère fonctionnelle

Accouchement orgasmique

Accouchement orgasmique

Un bel article dans le Guardian de la journaliste Viv Groskop ouvre une voie de discussion sur un sujet très délicat : l’accouchement orgasmique.

Amber Hartnell fait partie de ces femmes qui avouent avoir éprouvé des sensations orgasmiques au cours de leur accouchement : "Je ne m’attendais pas à accoucher avec tant de plaisir, c’est arrivé, c’est tout. Je me suis sentie partir dans un état d’extase accompagné d’une série d’orgasmes. Des vagues de plaisir qui m’ont fait rire et crier à la fois. Aucune douleur mais d'intenses sensations."

Pour la majorité des femmes, l’accouchement est synonyme de violentes douleurs et certainement pas d’orgasme.

Mais pour Amber Hartnell, aucun doute. Son accouchement, qu’elle a souhaité se dérouler dans l’eau, a duré 12 heures et durant la dernière phase, des rushs orgasmiques l’ont envahie. "Je n’avais jamais ressenti de telles sensations de plaisir de toute ma vie", raconte-t-elle. Sa préparation à l’accouchement n’avait pas été vraiment spéciale, juste un peu de yoga et de méditation. "Je n’avais lu qu’un seul livre sur la naissance, je ne voulais pas me gaver d’informations, je voulais juste être dans l’acceptation de la chose."

Aujourd’hui, le sujet passionne et Hartnell a participé à la réalisation d’un documentaire, Orgasmic birth : The best-kept secret, diffusé dans le monde entier et notamment dans le cadre de plusieurs rassemblements de sages-femmes. À la demande de la réalisatrice, Debra Pascali-Bonaro, Hartnell a accepté que figurent dans le documentaire quelques séquences du petit film de son accouchement réalisé par son mari. Amber souhaitait, à titre personnel, graver dans le marbre ce moment unique. "Partager le plus intime et fragile moment de ma vie m’a posé un vrai cas de conscience" confesse Amber, "mais il m’a semblé que raconter mon histoire pourrait aider les autres femmes à dépasser leurs peurs et vivre pleinement la fabuleuse expérience de l’accouchement."

Le documentaire a suscité des retours oscillant entre fascination et horreur.

Amber Hartnell, que l’on voit embrasser son mari à plusieurs reprises pendant son accouchement, a été vivement critiquée par certains spectateurs. Pour beaucoup de femmes, l’idée que l’accouchement puisse être orgasmique est au mieux farfelue, au pire offensante. Une blogeuse écrit : "Je peux comprendre que la sensation naturelle de douleur puisse être atténuée par le lâcher prise et devenir agréable, mais orgasmique, non."  Une autre affirme : "Je ne voudrais pas imaginer que ma mère ait eu un orgasme en me donnant naissance." La notion d’accouchement orgasmique est comprise comme une négation de la souffrance que la plupart des femmes endurent et des voix s’élèvent pour mettre en garde contre la pression supplémentaire que représenterait le challenge de jouir en accouchant. Cependant, Amber dit recevoir des messages très enthousiastes, particulièrement venant de nombreuses femmes enceintes qui ont repensé leur mode d’accouchement après avoir vu le documentaire. 

Orgasmic Birth, fait l’éloge de l’accouchement naturel, à la maison, sans médication ni péridurale. Pour le docteur Mardsen Wagner, ancien directeur d’un programme santé de l’OMS, c’est bien un certain type d’environnement qui peut permettre à une poignée de femmes d’atteindre l’orgasme au cours de la parturition. "C’est un peu la même chose quand vous faîtes l’amour, l’atmosphère doit être saine, sécurisante et non perturbée par des facteurs extérieur."  L’activiste et prix Nobel, Ina May Gaskin, qui préconise une approche naturelle et spirituelle de la grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement, est convaincue qu’il faut endiguer la peur de l’accouchement en délivrant les femmes des présupposés médicaux, "L’accouchement orgasmique est la plus jouissive des sensations. Aucune femme ne peut vraiment comprendre le fonctionnement de son corps tant qu’elle n’a pas expérimenté cela."

L’accouchement orgasmique n’est pas une nouveauté. L’anthropologiste sociale et militante de l’accouchement naturel, Sheila Kitzinger, dit avoir rencontré des centaines de femmes ayant vécu une expérience orgasmique en donnant naissance à leur enfant et elle-même dit avoir éprouvé ces sensations pour trois des siens :"C’est très difficile à comprendre pour un homme et pour toutes ces femmes qui sont passées par la case hôpital. Mais c’est l’expérience psycho-sexuelle la plus profonde qu’une femme puisse connaître dans sa vie. Chaque contraction s’accompagne d’un rush de plaisir si intense que la douleur passe au second plan." Elle pense que l’explication est purement physiologique : "La pression exercée par la tête de l’enfant sur les parois vaginales et le clitoris interne lors de la descente, déclenche chez certaines parturientes, de pures sensations d’excitation sexuelle pouvant aller jusqu’à l’extase. Et cela peut être multi-orgasmique."

L’orgasme de l’accouchement serait le secret des secrets, pourtant la plupart des femmes soutiennent que le phénomène n’existe pas.

Parmi celles qui doutent de la réalité de ces orgasmes, certaines se demandent s'il n'est pas possible de confondre douleur intense et plaisir dans une réaction psycho-physique de type sadomasochiste. Qu’on le veuille ou non, l’accouchement a une facette sexuelle, il se développe crescendo et il ne fait aucun doute que les cris qui l’accompagnent sont d’une nature ambigüe. D’ailleurs, pour les hommes qui assistent à la naissance de leur enfant, ces cris peuvent être absolument troublants. 

Michel Odent, obstétricien, pense que les femmes devraient accoucher comme elles font l’amour. Il soutient que celles qui sont capables de se laisser porter par le rythme des contractions déclenchent de puissants orgasmes. Tamra Larter, mère de deux enfants, précise : "J’ai ressenti quelque chose qui ressemblait à un orgasme, et ces sensations, si elles n’étaient pas d’ordre purement sexuel, s’en approchaient suffisamment pour que je puisse utiliser le mot orgasme pour les définir."

D’un point de vue biologique, presque tous les processus associés à l’accouchement se retrouvent pendant l’acte sexuel. La production d’ocytocine, d’endorphines est par exemple un trait commun à l’acte sexuel et l’accouchement. Certaines sages-femmes préconisent une stimulation des tétons ou/et un rapport sexuel pour déclencher les contractions en cas d’accouchement après terme. Si l’accouchement peut être orgasmique chez certaines femmes, Kitzinger rappelle que cela est un effet collatéral possible mais qu’en aucun cas les femmes ne doivent en faire un but. 

Poster un commentaire

Dans la même thématique

Osphères c'est avant tout...

Une information fiable, objective et diversifiée

Une approche décomplexée, éthique et responsable de la sexualité et de l’érotisme

Un espace privilégié de rencontres et d'échanges

Un univers où prévalent les principes de respect, de courtoisie et d’ouverture.

X